Recherche par liste

Rechercher un édifice par carte

Culte

Type d'édifice religieux

Architecture

Particularités

Rechercher un édifice par liste






Architecture

Particularités








Eglise • 1666, 1958 • ModerneSaint-Christophe • Charleroi

Place Charles II  8  • 6000 Charleroi

Responsable religieux: M. le doyen Luc Lysy
Tél: +32-71-32 25 06

Offices religieux :
du lundi au vendredi : 18.30
samedi : 18.30 • dimanche : 10.30 et 18.30

01/01 - 31/12
tous les jours : 8.00 - 19.00

Visites guidées :
Maison du Tourisme : +32 71 86 14 14

6000_Christophe1.jpg 6000_Christophe2.jpg 6000_Christophe3.jpg
Visualisez l'édifice sur la carte
Orgue Fond musical Visites guidées Accès handicapés Toilettes Monument classé Culte catholique Photothèque en ligne OPT Share on Facebook STIB De Lijn TEC SNCB / NMBS

Journées Eglises Ouvertes 2018open event

2/06/2018

De 08:00 à 19:00

Eglise ouverte

visite libre





3/06/2018

De 08:00 à 19:00

Eglise ouverte

visite libre







Située au cœur de la ville, sur la place Charles II, face à l’hôtel de ville, l'église Saint-Christophe est très particulière dans son architecture : chapelle de garnison à l’origine, église dès 1669, de style baroque longtemps, elle a subi plusieurs modifications et restaurations dont la plus spectaculaire a eu lieu dans les années 50 et qui lui donne aujourd’hui une allure de basilique byzantine.

Elle se présente en forme de croix sous coupole centrale : d’un côté, un axe ancien avec des éléments de l’église du XVIIIe siècle (avec notamment une toile du peintre carolorégien Navez) et de l’autre un axe nouveau, moderne, comprenant une grande mosaïque de 200 m2 placée derrière le nouveau chœur. Cette mosaïque, composée de millions de petits blocs de verre coloré ou recouverts d’une mince feuille d’or est l’élément le plus impressionnant de l’église. Cette composition de Jean Ransy réalisée par un atelier de Venise est une illustration du texte de l’Apocalypse de saint Jean. Dans cette partie récente, on remarquera aussi des fresques murales représentant les Béatitudes, les vitraux illustrant des passages de la Bible, la belle rosace du jubé, l’orgue rénové en 2003, les sobres stations du chemin de croix.

La reconstruction de cette église après la guerre 1940-1945 est née de l’émotion suscitée par le massacre d’une vingtaine d’otages (dont le doyen Pierre Harmignie, personalité marquante) par des rexistes quelques jours avant la Libération en 1944. Les autorités ont souhaité, en souvenir de ces évènements tragiques, un mémorial à la mémoire des victimes et à la vigilance contre l’intolérance et la violence.

KIKIRPA : Photothèque en ligne